La France au Rwanda

Interview de Cyril Hauchecorne

France Rwanda Génocide

Cyril Hauchecorne explique les raisons de son engagement au sein de l’association France Rwanda Génocide - Enquêtes, Justice et Réparations.

Communiqué de l’association

Constatant qu’à ce jour n’ont été poursuivis pour le génocide des Tutsi au Rwanda que des ressortissants rwandais, nous, membres fondateurs de l’association France Rwanda Génocide, Enquêtes, justice et réparations (FRG-EJR), entendons mener à terme les investigations sur la base desquelles il sera possible d’engager des poursuites judiciaires à l’encontre des responsables français ayant activement participé à ce génocide.

Le génocide des Tutsi, qui a été établi en droit international [1], a fait plus d’un million de morts au printemps 1994.

Par leur nombre et leur nature, les faits avérés de collusion idéologique [2] et de coopération politique et technique (civile et militaire) des hauts responsables français avec les responsables du génocide, imposent le caractère incontestable de la réalité suivante : les responsables de l’exécutif français - Président de la République, Premier ministre et ministres compétents - ainsi que les hauts fonctionnaires civils et militaires qui orientèrent, proposèrent et firent exécuter ces ordres, ont ensemble, dans la commission du génocide et des quatre années de massacres qui l’ont précédée, une responsabilité tout à fait extraordinaire qui en aucun cas ne saurait être détachée de celle des hauts responsables rwandais jugés et condamnés pour crime de génocide par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR). Une présomption légitime de crime, de complicité ou d’entente en vue de commettre le génocide ressort de leur action collective, voire individuelle :

- le soutien indéfectible qu’ils ont décidé, en toute connaissance de cause, d’apporter à l’élite du génocide de 1990 à 1994, a été politiquement déterminant en ce qu’il a fait office de feu vert aux yeux de cette élite ;

- sur le plan matériel, les ressources considérables - financières, humaines et en équipements - déployées dans ce cadre, ont constitué un apport essentiel et décisif à l’établissement du rapport de force qui a permis l’accomplissement du génocide.

Par ailleurs, force est de constater que :

- ce sont les structures politiques, administratives et militaires ainsi que les ressorts psychologiques et ethniques de la doctrine française de la guerre révolutionnaire qui ont été activés au Rwanda, et ce dans le contexte du racisme anti-tutsi, fondement de l’État Rwandais depuis 1959, qui garantissait des conséquences désastreuses ;

- l’application totale de cette politique qui a été décidée alors qu’elle signifiait l’extermination de tous les Tutsi rwandais a été de fait étroitement supervisée, depuis Paris et sur le terrain, par des conseillers et instructeurs français.

En raison de cette implication criminelle de la France, nous entendons prendre toute disposition pour que :

- les informations nécessaires à la manifestation de la vérité émergent ou soient rendues accessibles ;

- les ressortissants non rwandais et en particulier français, présumés responsables dans l’exécution du génocide des Tutsi du Rwanda en 1994 aient à répondre de leurs actes devant toute juridiction compétente ;

- les rescapés et les ayant-droits des victimes de ce génocide obtiennent des réparations, en particulier de la part de l’État français ;

- l’enseignement en vue de l’application des idéologies et autres méthodes de manipulation et d’action psychologique qui ont permis ce crime de génocide soient dénoncés puis interdits dans les institutions de notre société.

L’ensemble des responsabilités d’un crime d’une telle envergure doit être examiné sous tous ses aspects avec toutes les conséquences qui en découlent.

Pour remplir ses engagements, l’association FRANCE RWANDA GENOCIDE, ENQUETES, JUSTICE ET REPARATIONS a besoin de votre soutien.

Rwanda  |  Génocide  |  Armée

Notes

[1] http://www.un.org/french/peace/rwanda.pdf

[2] Légitimation du concept de « démocratie raciale » doublée d’un anti-tutsisme viscéral ou opportun

Ecrivez-nous !

Si vous avez des informations, des précisions à demander, des réclamations à faire, ou juste des choses à nous dire ? n’hésitez pas à nous écrire !


    • 38, rue Keller — 75011 Paris (France)
    • Au bord de la rue de la Roquette (Bastille-Voltaire) en face du n°53
    • En métro : Bastille (lignes 1, 5, 8), Voltaire (ligne 9), Bréguet-Sabin (ligne 5), Richard-Lenoir (ligne 5), Ledru-Rolins (ligne 8)
    • En bus : n°69 (arrêt "Commandant Lamy") ou n°61, 76 (arrêt "Charonne-Keller")
    • 09 52 73 81 53
    • contact@ladylongolo.com

    2007-2017 Lady Long Solo

    La librairie - 38 rue Keller - 75011 Paris - Tel : 09 52 73 81 53 | 01 40 09 69 82

    Plan du site | | Contact