Lady Long Solo


Lady Long Solo - La librairie

38 rue Keller - 75011 Paris

Lady Long Solo
38 rue Keller • 75011 Paris
Tel: 09 52 73 81 53 | 01 40 09 69 82

Conditions générales de vente [CGV] | Nous contacter


Accueil > Editeurs distribués > Izuba

Rwanda : La Trahison de Human Rights Watch

par Richard Johnson



Mots-clés: Afrique Colonialisme Génocide Histoire Médias Politiques Rwanda



Présentation

Depuis sa fondation, en 1988, l’organisation non gouvernementale internationale Human Rights Watch a acquis la réputation d’agir au nom de la défense des droits humains à travers le monde. En témoigne le « Prix des droits de l’homme » qui lui a été décerné par les Nations Unies, en 2008.

Cette image de marque confère une autorité certaine à ses rapports et à ses communiqués, largement diffusés par la presse internationale. Mais derrière l’image, rarement contestée, de cette organisation se cachent un fonctionnement, des processus d’enquête et des modes de prise de décisions opaques et totalement méconnus.

L’enquête minutieuse menée par Richard Johnson montre que, concernant le Rwanda, Human Rights Watch, viscéralement hostile au FPR, met son crédit international au service des héritiers de la politique génocidaire qui a conduit à la mort plus d’un million de personnes, en 1994.

Documents à l’appui, Richard Johnson démonte les procédés utilisés par Human Rights Watch pour relativiser le génocide des Tutsi, faire obstruction à la justice à l’encontre de génocidaires, ou encore soutenir le retour, sur la scène politique rwandaise, des partisans d’une politique ethnique qui aura déjà conduit au pire.

La démonstration de Richard Johnson est implacable. Sa lecture indispensable.

L’auteur

Ancien diplomate américain, Richard Johnson a été confronté au génocide perpétré en Bosnie. Son expérience professionnelle l’a sensibilisé aux manipulations de l’information qui précèdent, accompagnent et suivent les violences extrêmes de masse. Son expérience personnelle l’a amené à vivre au Rwanda de 2008 à 2010, comme conjoint d’une autre diplomate américaine.

Préface de Linda Melvern (extrait)

« (...) Quand la cinglante étude critique The Travesty of Human Rights Watch on Rwanda de Richard Johnson a inopinément jailli sur la scène en 2013, ce fut une révélation. Dans son essai, aujourd’hui traduit en français, l’auteur expose l’histoire effarante relatant comment l’hostilité viscérale de Human Rights Watch à l’égard du gouvernement rwandais avait contaminé ses rapports et ses actions de plaidoyers (...) La présente édition française est à saluer. Elle permet à l’essai de Richard Johnson de trouver un nouveau public. Son travail mérite la plus large diffusion possible et l’examen le plus minutieux.
L’histoire n’est pas terminée. (...)
 »
— Linda Melvern

Le dossier de presse en PDF à télécharger :

PDF - 484.5 ko

Ils en parlent

« Cet essai passionné est une contribution précieuse au débat sur les changements fascinants qui se déroulent au Rwanda d’aujourd’hui. Il soulève également de sérieuses questions sur les organisations de défense des droits de l’Homme. Très original et provocateur, il obligera les lecteurs à remettre en question ce qu’ils croient savoir. »
— Stephen Kinzer, Grand Reporter pour le New York Times, correspondant de la New York Review of Books et du Guardian, auteur de « A Thousand Hills : Rwanda’s Rebirth and the Man who Dreamed It »

« Je suis d’accord avec l’analyse bien documentée de Richard Johnson des préjugés extrêmes et inexpliqués dont fait preuve Human Rights Watch à l’encontre du Rwanda dans ses rapports et déclarations publiques. Mes propres recherches, mon expérience humaine et professionnelle au Rwanda m’ont apporté maintes preuves attestant que HRW mène une campagne visant à discréditer les réalisations et à ternir la réputation d’un pays qui a surmonté le génocide et a fait des progrès étonnants en matière de développement humain. »
— Tim Gallimore, ancien porte-parole du procureur du TPIR, Tribunal Pénal International pour le Rwanda

« Le gouvernement Kagame a toujours mérité de nombreuses critiques sur son bilan en matière de droits de l’homme, mais cela n’a jamais suffit à certaines organisations de défense des droits de l’homme. Pour des raisons aberrantes mais inconnues, elles ont toujours jugé nécessaire d’exagérer et de déformer le véritable bilan. Richard Johnson apporte une contribution majeure en mettant à jour le ‘deux poids deux mesures’ et les excès dont elles font preuves. »
— Gerald Caplan, Docteur en Histoire africaine, consultant pour la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique à Addis-Abeba, auteur de « Rwanda : The Preventable Genocide »

« Le livre de Johnson fournit une analyse approfondie intelligente et indispensable de la motivation et des pratiques de Human Rights Watch à l’égard du Rwanda. Cette organisation non gouvernementale internationale, avec les important moyens de pression sur les médias et sur les relations publiques qu’elle exerce, peut influencer les orientations des gouvernements démocratiques, même si ses propres pratiques et motivations sont loin d’être transparentes. La stratégie de HRW à l’égard de certains pays comme le Rwanda et Israël a trop longtemps reposé sur les caprices des hiérarques de HRW et sur leurs points de vue profondément politiques et entachés de préjugés. »
— Andrew Wallis, chercheur britannique, auteur de « Silent Accomplice : the Untold Story of the Role of France in the Rwanda Genocide », I.B.Tauris, 2014)

Extraits

L’action de Human Rights Watch [HRW] au Rwanda ne peut être qualifiée de défense des droits de l’Homme. Il s’agit bien plutôt d’un plaidoyer politique qui est devenu profondément malhonnête aussi bien au niveau des moyens mobilisés que des fins poursuivies.
Le conseil d’administration de HRW devrait demander des comptes à son directeur général Kenneth Roth et au personnel de HRW chargé des problèmes rwandais : leur fourberie est dangereuse pour la politique occidentale envers le Rwanda et pour la crédibilité globale de la défense des droits de l’homme. Les donateurs de HRW devraient s’interroger sérieusement sur l’usage des fonds qu’ils allouent à cette organisation. Les gouvernements occidentaux devraient faire preuve de circonspection vis-à-vis des conseils et des recommandations de HRW, et avoir le courage de les désavouer publiquement quand il le faut.
Au cours des vingt dernières années, le discours de HRW sur le Rwanda a été viscéralement hostile au Front patriotique rwandais [FPR] qui a vaincu le régime génocidaire « Hutu Power » en 1994, et a systématiquement plaidé en faveur du retour des partisans non repentis du « Hutu Power » dans la vie politique Rwandaise.
— page 13

Je pensais du bien de Human Rights Watch à l’époque où cette organisation s’appelait Helsinki Watch et axait son action sur l’Europe de l’Est ; j’étais alors au service diplomatique américain et j’agissais de même. J’en pensais encore du bien, la première fois que j’ai lu Aucun témoin ne doit survivre avant d’arriver au Rwanda en 2008.
Mais plus j’en apprenais sur le Rwanda, moins je faisais confiance à HRW. Ce qui m’a ouvert les yeux de façon définitive a été la campagne de HRW en faveur de la participation du parti FDU/RDR aux élections rwandaises de 2010. Quelque chose tourne sérieusement mal dans une institution qui voudrait qu’un parti politique fondé par les dirigeants d’un génocide soit autorisé à retourner sur les lieux du crime.
C’est d’autant plus dangereux quand cette institution a le pouvoir d’influencer la politique occidentale. J’ai donc examiné de plus près le discours de HRW sur le Rwanda dans son ensemble. J’ai conclu que la synthèse qui résume le mieux ce discours est celle qui est constituée par les consignes qui structurent cet essai : « laissez les parties génocidaires revenir », « n’interdisez pas leur idéologie », « ne jugez que quelques responsables », et « admettez que vous ne valez pas mieux qu’eux ». J’espère que ma synthèse ouvrira d’autres yeux.
— page 99

Crypto-racistes ou politiquement opportuns, le déni et la relativisation du génocide de 1994 contre les Tutsi sont récurrents en Occident depuis 18 ans, en particulier – mais pas seulement – au sein de l’élite politique française…
Dans ce contexte, ceux parmi les Hutu rwandais qui s’évertuent à perpétuer une ligne de fracture permanente entre communautés hutu et tutsi supposées distinctes et homogènes, font valoir que ce prétendu clivage doit définir la politique rwandaise, et espèrent par ce moyen revenir au pouvoir, n’ont aucunement engagé un processus d’introspection morale et politique semblable à celui qui a été accompli par les Allemands après le génocide contre les Juifs d’Europe.
Le discours de Human Rights Watch a été un élément important du système de secours artificiel des héritiers du Hutu-Power, notamment au cours des douze dernières années.
Ce discours – ce qui est dit et ce qui est occulté, ce qui est mis en avant et ce qui est minimisé, ce qui est affirmé clairement et ce qui demeure implicite – se traduit de manière intelligible par quatre impératifs adressés au gouvernement rwandais postgénocide : permettez le retour des partis génocidaires, n’interdisez pas leur idéologie, contentez-vous de juger quelques génocidaires, et oubliez leurs complices étrangers, admettez que vous ne valez pas mieux qu’eux.
Pour dissiper toute illusion quant à la confiance qui peut être accordée à Human Rights Watch concernant son traitement de problèmes rwandais, les procédés utilisés par HRW pour énoncer et promouvoir ces quatre impératifs au cours des vingt dernières années seront détaillés ci-après.
— pages 16-18

HRW a renforcé sa campagne pour blanchir les partis « Hutu-Power » et justifier leur participation renouvelée à la vie politique rwandaise, en tentant aussi de noircir les lois rwandaises qui interdisent cette participation.
Ainsi se complète le tableau que HRW veut accréditer d’un Rwanda où le gouvernement recourt à des lois aberrantes pour persécuter des partis d’opposition légitimes. Cette image est devenue un cliché incontournable du discours occidental sur le Rwanda...
Pour autant, HRW n’a jamais reconnu que le génocide de 1994 constitue un motif légitime pour le Rwanda d’interpréter les normes juridiques internationales sur la liberté d’expression et d’association différemment qu’aux États-Unis.
— pages 45-46


Poster un message


Auteur : Richard Johnson
Traduction de l’anglais : Jean-Luc Galabert

Coll. : Essais

Rayon : Sc. Politique (2070), Histoire africaine (2110)

Sortie : 5 juin 2014

164 pages - 103,3 x 185 mm
Prix : 10 €
EAN : 979-10-93440-02-6