Sauvez Lady Long Solo !

La librairie de la rue Keller, là depuis 1995, appelle à la solidarité des amis et du public…

Nous aussi on fait la manche. La crise, dure pour tous. On ne doit pas être très doués pour notre part, parce qu’on a du mal à payer le loyer, pourtant bas, de cette librairie animée exclusivement par des bénévoles depuis des années maintenant.

A son origine, en 1995, Lady Long Solo, n’avait pas ce genre de soucis. Vitrine des éditions du Lézard et Dagorno, puis de l’Esprit frappeur, la maison d’éditions parvenait à payer un salaire et l’ensemble des frais de cette librairie légèrement déficitaire. Elle prospérera même une année, en 1996-97, dans un plus grand local, toujours rue Keller, sur le trottoir d’en face. Mais là, les frais étaient trop importants, et le repli se fit dans le local d’origine d’où elle n’était jamais partie, en raison de son loyer raisonnable. Elle y restera des années en fonctionnant "normalement", avec une salariée, un coursier, un approvisionnement de livres constant.

Unique "librairie des drogues", avec tout sur le sujet, mais également librairie généraliste, sauf que toujours hermétique aux nouveautés qui envahissent la plupart des librairies "d’office", et orientée sur ce qu’on pourrait appeler des problématiques militantes, à l’image des éditions dont elle est issue. Local de Cannabis Sans Frontières, mais également, à une époque, siège de l’Association des cyber-journalistes. Lieu de réunion, un jour, pour les militants du net qui livreront la bataille Hadopi. S’y retrouvera aussi pendant une saison, à l’été 2010, ce qui s’est appelé le Collectif contre la xénophobie, dont le blog existe toujours. QG du Quotidien des sans papiers, et fréquent lieu de réunion de sans-papiers ou d’indignés. C’est également l’adresse de la revue annuelle La Nuit rwandaise, et le bureau du site d’informations Paris s’éveille.

On en oublie, bien sûr. Car, si Lady Long Solo n’est pas très douée en affaires, c’est surtout parce que ceux qui l’animent sont habités par tous ces combats. Elle a eu des soucis avec un nouveau propriétaire, il y a deux ans, mais ça s’est tassé, et si elle a tant de difficultés aujourd’hui, c’est parce que la maison d’éditions, qui assumait ses frais depuis dix-huit ans, est elle-même en grandes difficultés.

L’histoire serait longue à exposer en détails, mais on peut dire que le tournant interviendra en 2004, lorsque, d’un mois sur l’autre, entre avril et mai, les ventes des livres la maison d’éditions se diviseront brutalement par quatre, et par cinq le mois suivant.

Que s’était-il passé ? Le ministre de la justice de l’époque, Dominique Perben, avait pondu une circulaire interprétative de l’article de la loi de 1970 interdisant la "présentation des stupéfiants sous un jour favorable". S’appuyant sur ce texte, les fonctionnaires de la brigade des stupéfiants, sous l’autorité du ministre de l’Intérieur Sarkozy, ont alors été voir tous les libraires de France, leur signifiant qu’ils n’auraient plus le droit d’avoir de tels livres en exposition, sur une table ou en vitrine, ni en "facing" de quelque façon, car ils ne pouvaient en présenter qu’un exemplaire sur la tranche, en rayon, ces livres n’étant pas interdit par ailleurs...

Plus stupéfiant encore que le sujet de ces livres, sera le résultat : aussitôt tous les libraires de France obtempèreront, à l’exception d’une poignée de librairies anarchistes ou clairement identifiées comme tenues par des militants qui ne sauraient accepter une telle intimidation. Ainsi – sauf pour le demi-douzaine de librairies libertaires qui, seules, ne changeront pas leurs habitudes de commandes –, on devra cesser de faire des cartons d’expédition pour ne plus avoir besoin que d’enveloppes, toutes les commandes reçues par le distributeur se métamorphosant soudain en commandes à l’exemplaire... Et ce n’était pas seulement pour les livres sur les drogues, mais pour l’ensemble du catalogue...

Du jour au lendemain, la maison d’édition était ainsi foudroyée. Elle ne subsiste très petitement, depuis dix ans, que grâce au secours de stagiaires ou d’amis qui aident à finaliser les rares publications aux très petits tirages.

En 2011, espérant que l’élection de François Hollande permettrait de tourner la page de l’époque sarkozyste, et que les instructions de la police d’alors pourraient commencer à être oubliées, on republiait deux livres à tirage "normal" de deux ou trois mille exemplaires. Eh non ! Le pli était pris, et la police de Manuel Valls n’avait pas d’instructions différentes de celle de Sarkozy.

Aujourd’hui, plus d’un an plus tard, on ne sera parvenus à payer ces factures d’imprimerie, de l’argent attendu n’étant pas arrivé, et les ventes restant toujours aussi dérisoires, au point où menace une liquidation dans laquelle disparaîtrait le catalogue de l’Esprit frappeur, et les stocks des centaines de livres publiés, dont la plupart sont encore disponibles. Et la librairie pourrait aussi sombrer dans le mouvement...

C’est pourquoi on appelle au secours. Une collecte a été ouverte, sur Leetchi.com, et a recueilli moins de 600 euros pour le moment, alors qu’on en demandait 20 000 d’abord, puis, plus raisonnablement, 2000, sachant que ça serait toujours ça, même si cela ne devrait pas suffire à nous sortir d’affaires.

Sachant qu’il n’est pas interdit d’en dépasser le montant…

Solidairement !

Lien vers la collecte :

https://www.leetchi.com/c/sauvez-lady-long-solo

Ecrivez-nous !

Si vous avez des informations, des précisions à demander, des réclamations à faire, ou juste des choses à nous dire ? n’hésitez pas à nous écrire !


    • 38, rue Keller — 75011 Paris (France)
    • Au bord de la rue de la Roquette (Bastille-Voltaire) en face du n°53
    • En métro : Bastille (lignes 1, 5, 8), Voltaire (ligne 9), Bréguet-Sabin (ligne 5), Richard-Lenoir (ligne 5), Ledru-Rolins (ligne 8)
    • En bus : n°69 (arrêt "Commandant Lamy") ou n°61, 76 (arrêt "Charonne-Keller")
    • 09 52 73 81 53
    • contact@ladylongolo.com

    2007-2017 Lady Long Solo

    La librairie - 38 rue Keller - 75011 Paris - Tel : 09 52 73 81 53 | 01 40 09 69 82

    Plan du site | | Contact