Lady Long Solo


Lady Long Solo - La librairie

38 rue Keller - 75011 Paris

Lady Long Solo
38 rue Keller • 75011 Paris
Tel: 09 52 73 81 53 | 01 40 09 69 82

Conditions générales de vente [CGV] | Nous contacter


Accueil > Editeurs distribués > Izuba


La chanson de l’aube

24.00 €

Vénuste Kayimahe

La chanson de l’aube

Roman

La chanson de l’aube est un hymne aux couleurs de la vie, des plus sombres aux plus vives, qui, dans une langue forgée au feu de l’expérience de rescapé, puise dans la fiction romanesque les ressources permettant de rendre audible l’indicible.

Izuba éditions

Mots-clés: Afrique Colonialisme Génocide Rwanda



Le Rwanda, avant, pendant et après le génocide à travers l’histoire de Laurien, cet enseignant qui a eu un peu trop de chance dans sa vie : un mariage heureux avec Mireille, deux magnifiques enfants et un métier qui lui assure un avenir meilleur que celui de ses parents.

Pourtant, Laurien s’inquiète. Ses voisins le regardent avec une jalousie grandissante. Et ce qui n’était qu’une inquiétude diffuse se mue en peur. Il sent le danger grandir autour de lui et des siens. Il a peur de ces autres qui ont de la haine dans le regard et de plus en plus de violence en eux.

Et puis vient le génocide. Il faut lutter mais il est difficile de conserver cette envie de vivre au milieu de tant d’horreurs. L’horreur qui est partout et qui semble ne jamais finir. Et lorsque l’on croit avoir vu le pire, il nous attend un peu plus loin.

Un roman témoignage, contre l’oubli

Un récit d’une rare beauté où le génocide est présenté avec un grand réalisme, où le pire côtoie le meilleur, où l’amour se mêle à la haine et où le merveilleux des croyances anciennes fréquente la plus cruelle vérité.

C’est aussi et surtout un roman où la fiction, parfois entrecoupée de récits factuels sur la guerre qui a accompagné cette tragédie, permet de prendre la mesure de ce qu’a été le génocide et le traumatisme qu’il a engendré, depuis sa mise en place jusqu’à ses conséquences dans le quotidien des Rwandais.

Extraits :

(...) Il est des hantises qui ont la ténacité du malheur et qui s’appliquent en permanence à torpiller toutes les embellies que tente de s’offrir une vie.
La jalousie ! La voilà la hantise de Laurien, le mal qu’il redoutait le plus de ses semblables. Celle des ennemis, des voisins, des collègues, des amis aussi, il ne savait plus.
Dans son enfance, il n’avait aucunement fait attention à ce sentiment qui mine les camaraderies les plus solides et pourrit les âmes les plus douces. Lorsqu’enfin son esprit s’était éveillé à cette vile facette de l’être humain, il avait essayé de détourner son regard, se disant que cela relevait du domaine accidentel chez quelques pourritures dans le monde. Durant des années, il avait tenu bon dans ce raisonnement trompeur pour lui-même, mais là il n’en pouvait plus et à force de subir et de se questionner, il se bousillait les neurones à la moindre allusion.
La rencontre avec Mireille avait déclenché une ruée de prétendants auprès de la demoiselle, comme si les jeunes et les nantis du coin se rendaient subitement compte de l’existence ou de l’accessibilité de cette beauté fleurie. Les moins mauvais y allèrent de leurs charmes, les andouilles de leur fortune, et les minables de leur position sociale pour tenter de la lui souffler. Les langues venimeuses de la médisance s’abattirent autant sur la fiancée que sur son élu.
Mais rien ne pouvait inverser la vapeur, le train de l’amour allait sa croisière et tenait bien sur ses rails. Alors, de dépit, certains firent mine d’abandonner tout en guettant une occasion de revanche (...)
- page 37 | « Angelo », Au paradis des hommes.

(...) Sur cinquante kilomètres à la ronde, plus aucune palpitation humaine. L’apocalypse s’était abattue sur la région comme un typhon ravageur et avait tout figé de sa frappe criminelle. La Parque avait décimé une partie des hommes, le remords et la peur avaient jeté l’autre dans une fuite éperdue, un silence oppressant s’était ensuite imposé aux animaux et aux choses. Les chiens, qui se baladaient par meutes dans les campagnes en dévorant des corps avec l’accablement d’un dur labeur, n’aboyaient plus que par acquit de conscience ; et
quand l’envie leur prenait de s’amuser, ils réalisaient juste quelques affligeantes cabrioles ou s’adonnaient à des copulations silencieuses. Les vautours et les hyènes dont la dernière apparition datait de l’époque de la grande famine Rumanura gambadaient dans le champ infini des cadavres qui désormais, seuls avec les bêtes, peuplaient les collines (...)
- page 262 | « Simplement un rêve à l’intérieur d’un rêve », Dans l’enfer des hommes

(...) Toutes les positions stratégiques étant solidement contrôlées par l’adversaire, le seul angle par lequel elle peut risquer une attaque est le versant Est du mont, lui même exposé aux armes lourdes du camp gendarmerie de Kacyiru. Le fusil en bandoulière, de jeunes Inkotanyi y courent tels des kamikazes, avec sur l’épaule des munitions et les pièces détachées de trois mortiers, les assemblent très vite à un endroit, tirent quelques obus plus ou moins bien ciblés, démontent les armes à nouveau au bout de dix à quinze minutes d’opération et filent reproduire la même manoeuvre quelques centaines de mètres plus loin.
Cette tactique donne à l’adversaire l’illusion de subir une offensive en force, que l’artillerie est multiple et idéalement positionnée, et permet de dérégler ses bombardements et de perturber son moral.
À la faveur de ce genre d’action qui détourne la vigilance des FAR, une compagnie prend pied sur la pointe nord-ouest du mont Shyorongi, contigu du mont Jari. De cet emplacement stratégique, elle a dans le viseur de ses mitrailleuses Gitikinyoni au noeud routier Kigali-Gitarama-Ruhengeri, bloque tout ravitaillement et renfort en provenance de la ville, et menace une partie des arrières du secteur opérationnel de Rulindo. Tenue en respect par cet élément, la défense ennemie s’en trouve désorganisée, déguste à n’en point finir, sans toutefois se laisser encore démanteler (...)
- page 266 | « Les FAR aux prises avec un rouleau compresseur », Dans l’enfer des hommes

L’auteur :
Vénuste Kayimahe est écrivain, traducteur et éditeur.
Ancien employé du Centre Culturel français à Kigali et rescapé du génocide Tutsi, il est l’auteur d’un livre-témoignage, France-Rwanda : les coulisses du génocide, témoignage d’un rescapé, publié en 2002 (Dagorno), qui donnera lieu, avec la collaboration de Robert Genoud, à un documentaire, Rwanda – Récit d’un Survivant (Les films du village, 2002).


Poster un message


472 pages
123,5 x 221mm
Prix : 24 €
EAN : 979-10-93440-06-4